Faire un don

Rappelons-nous toutes les fois où, comme les disciples, nous avons été pris au dépourvu par une tempête, aussi violente qu'inattendue. Laissons résonner l'interpellation que Jésus leur adresse après avoir apaisé la tempête : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ? ». Je veux bien croire que les eaux représentent le mal et la mort, mais comment se fait-il que la voix des vents et des flots leur ait fait oublier celle de Jésus ? Comment ont-ils pu oublier que, même endormi, Jésus était avec eux dans le même bateau ?!


Voir première lecture, deuxième lecture et psaume

Évangile

Marc 4, 35-41

Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule. Le soir venu, Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait.
Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »
Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » 

Méditation

Même pas peur !
par Père Gautier Mornas
Écouter la méditation

Comment ne pas comprendre la panique des disciples ? Elle est bien légitime : leur barque est ballottée par les flots tempêtueux et la situation semble désespérée. D’autant que la nuit est tombée et que Jésus dort à l’arrière ! Pour les juifs à l’époque du Christ, la mer représente le chaos – parce qu’on y perd ses repères – mais aussi la mort – car dans sa fureur elle engloutit et ne rend pas –. Cette mer, agitée au-delà de toute agitation, jette aux visages des disciples leur vulnérabilité et leur impuissance, comme en contraste avec la puissance créatrice et paisible de Dieu… qui, lui, dort à la poupe !

Voilà une scène qui en convoque une autre dans notre mémoire, tirée de la nuit des origines, inscrite au tout début de la Bible, dans le Livre de la Genèse : au commencement, la terre était vide et vague, “tohu-bohu“, abîme, tempête, chaos incompréhensible… Incompréhensible jusqu’à ce que Dieu prononce sa parole créatrice et ordonnatrice.

Aujourd’hui encore, nos existences peuvent être chaotiques, nos vies ressembler à des champs de dévastations, notre quotidien être aussi instable que périlleux ; et pourtant, et pourtant, il y aura toujours plus important que ces violences incompréhensibles : la présence du Ressuscité en nous, envers et contre tout !

L’un des tout premiers textes du christianisme, du début du IIe siècle, le « Pasteur d’Hermas », avertissait déjà, en conseillant de construire nos vies sur du solide, c’est-à-dire sur de l’eau… mais l’eau du baptême !

Chant

Ô Dieu Sauveur
Écouter le chant

Ô Dieu Sauveur, lumière de ma vie !
En toi Seigneur, mon âme se confie !
Mon protecteur face à tous les dangers :
C’est toi ma paix !

En tes palais, mon âme voudrait vivre !
Au long des jours, ce que mon cœur désire,
C’est contempler la gloire du Seigneur
et sa splendeur !

Aux jours mauvais, mon âme en toi s’abrite !
Garde ma vie au temple où tu habites !
Sois mon rocher contre les malfaisants,
Ô Dieu puissant !

Sur l’ennemi, je lèverai la tête
Et je viendrai chez toi le cœur en fête !
Je t’offrirai les dons les plus précieux
D’un cœur joyeux !

Oui, je verrai, Seigneur, tes saints mystères
Chez les vivants sur la nouvelle terre !
Que ton espoir s’élance jusqu’au ciel
Vers l’Éternel !

Interprété par les Frères dominicains

T : A. Ory - Harmonisation : O. Goudimel - M : Psautier de la Renaissance

« Nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, disait le Pape François en pleine pandémie, seul sur la place Saint Pierre le 27 avril 2020, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Nous nous apercevons que nous ne pouvons pas aller de l'avant chacun tout seul, mais seulement ensemble... Invitons Jésus dans les barques de nos vies. Confions-lui nos peurs pour qu'il puisse les vaincre. Nous ferons l'expérience qu'avec lui à bord, on ne fait pas naufrage. Car voici la force de Dieu : orienter vers le bien tout ce qui nous arrive, même les choses tristes. Il apporte la sérénité dans nos tempêtes, car avec Dieu, la vie ne meurt jamais. »

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches:

Asset 1 Partager

Écoutez l'intégralité de l'épisode sur votre plateforme de podcast préférée

À vous la parole

0 commentaire

Rédiger un commentaire

Grâce à l'application pour smartphones et tablettes, écoutez les podcasts des méditations et la prière chantée du matin, où que vous soyez.

-0:00